Bilan deuxième journée : En route pour l'exploit



Bis repetita. La deuxième journée de l'Open EDF a confirmé les tendances entraperçues la veille. Météo instable, public nombreux et enthousiaste et performances convaincantes à trois semaines des Jeux Olympiques de Londres (27 juillet-12 août).

Que retiendra-t-on de cette sixième édition de l'Open EDF ? S'il n'y avait qu'une image ce serait sans aucun doute l'hommage du public parisien à Alain Bernard à l'issue de la finale du 50 m nage libre, ultime course individuelle de sa carrière mirobolante. Et puis comment ne pas être touché également par l'émotion d'Hugues Duboscq au moment de disputer son dernier 50 m brasse ? Deux des plus grands nageurs de l'histoire de la natation tricolore ont tiré leur révérence ce week-end. Un champion olympique du 100 m nage libre (le premier dans l'histoire dela discipline en France, Ndlr) et un triple médaillé de bronze olympique sur 100 et 200 m brasse. Rien que ça. « Je suis en pré-retraite », s'amusait le Havrais après sa finale

 « Il y a les Jeux bien sûr, mais Giacomo (Perez-Dortona) est sans conteste le brasseur titulaire de l'équipe de France. Moi, je vais continuer à m'entraîner et essayer d'encadrer les plus jeunes en partageant mon expérience. »

Outre ces hommages appuyés, la sixième édition de l'Open EDF a permis de confirmer l'excellent état de forme de Yannick Agnel et Camille Muffat. Après une première journée ébouriffante, les Niçois ont de nouveau trusté les premiers rôles avec une aisance déconcertante. Vainqueur du 200 m nage libre en 1'46''09, Yannick Agnel est d'ores et déjà concentré sur l'échéance londonienne. « Cette victoire ne me donne pas spécialement confiance, elle est dans la lignée de ce que je produis à l'entraînement », analyse le jeune homme de 20 ans. « Cela dit, c'est une course intéressante, surtout dans la manière. » Et que dire alors de la prestation de sa partenaire de club Camille Muffat auteur d'une véritable démonstration sur 400 m nage libre (4'04''42) ? « J'avais pour objectif de bien nager le matin en série et de renouveler une bonne performance en finale. Voilà, maintenant je peux totalement basculer sur les JO. »

Au rayon des bonnes nouvelles on retiendra également les 25''01 de Camille Lacourt sur 50 m dos, les 22''15 de Florent Manaudou sur 50 m nage libre (deuxième derrière l'Australien Matthew Targett vainqueur en 22''14), la victoire au forceps de Damien Joly sur 1 500 m nage libre ainsi que la détermination de Lara Grangeon pour arracher l'or du 400 m 4 nages. Cette équipe de France a du courage et de l'abnégation à revendre. A trois semaines des Jeux Olympiques de Londres les potentialités du collectif national n'ont jamais semblé aussi évidentes. Ne manque finalement plus qu'une Laure Manaudou en confiance (cinquième du 100 m dos en 1'01''16 contre 59''40 à la Russe Anastasia Zueva) pour espérer voir les Bleus rééditer les exploits des Jeux d'Athènes en 2004 et ceux de Pékin en 2008. Verdict le 28 juillet avec le début des épreuves olympiques de natation.
Adrien Cadot

Partagez